Accédez à l’ensemble des contenus
exclusifs du Lab des Savoirs et aux
Ateliers des Experts

ADHESION CLUB

Accès membre du Club | S'identifier

Devenir partenaire agréé | Nous rejoindre

Partenaire agréé | Contact

Accès membre du Club
S'identifier

Devenir partenaire agréé
Nous rejoindre

Partenaire agréé
Contact

Arrêtez de penser que le monde est compliqué… il est complexe ! – par Marc Halévy – #1

Premier article d'une série consacrée à la pensée de Marc Halévy.

Physicien de la complexité  et  philosophe de la spiritualité. Expert en théories, modèles et méthodes pour les processus complexes appliqués aux systèmes socio-économiques humains.

Vivons nous une réelle bifurcation ? Pourquoi peut-on parler de rupture ? Les bases de la réflexion de Marc Halévy sur le nouveau monde socio-économique. 

 

Ces articles donnent de réelles clés de compréhension des changements que nous pressentons,  ressentons peut-être, ou vivons déjà. 

L'économie mondiale est un processus éminemment complexe : des milliards d'acteurs, producteurs, consommateurs ou financeurs en interactions de plus en plus denses et rapides les uns avec les autres.

C'est cette densité interactive ordonnée qui est la mesure de la complexité d'un processus.

Ce processus hyper-complexe que manifeste la socioéconomie humaine, connaît, comme tout processus complexe, des bifurcations.

Par exemple, tout qui a eu un enfant, sait que la vie "avant" et la vie "après" n'ont pas du tout la même logique. C'est cela une bifurcation. De même, la chenille qui se métamorphose en papillon, vit une bifurcation qui la fait passer d'une logique de vie à une autre. La vie, sous toutes ses formes, est truffée de bifurcations.

Le processus socioéconomique humain, sur Terre, au sein de la biosphère, n'échappe pas à la règle.

Pour qu'il puisse y avoir bifurcation systémique, il est nécessaire qu'il y ait une rupture réelle sur chacune des cinq dimensions de la logique processuelle : ces cinq dimensions concernent la vocation du processus, son identité, ses ressources, son organisation et ses activités.

Si l'on pose l'hypothèse que notre époque est le témoin d'une bifurcation du processus socioéconomique mondial, deux questions se posent :

  • Vivons-nous réellement une rupture sur les cinq dimensions de la logique du processus socioéconomique "ancien" ?
  • Que peut-on dire, scientifiquement parlant, des caractéristiques de l'hypothétique "nouveau" processus socioéconomique ?

Appelons, conformément au jargon en usage, "paradigme", les fondamentaux d'une telle logique socioéconomique.

Une question est cruciale : l'humanité a-t-elle déjà connu des bifurcations de ce genre ?

Si la réponse est négative, il sera impossible de dire quoique ce soit de sérieux sur ce que nous vivons et force sera, alors, de subir les affres de notre époque, au gré des modes, des idéologies ou des slogans.

Si la réponse est affirmative, alors, sans doute, sera-t-il possible de trouver, au cœur des bifurcations passées, des invariants susceptibles d'éclairer ce que nous vivons aujourd'hui.

Trois questions doivent ainsi être affrontées avant de proposer une lecture plausible de "ce qui se passe sous nos yeux" :

  1. Le paradigme actuel connaît-il une rupture majeure sur chacune de ses cinq dimensions ?
  2. Peut-on en inférer les caractéristiques fondatrices des défis qui se posent pour l'émergence d'un nouveau paradigme ?
  3. Comment valider ces regards au départ des éventuelles bifurcations socioéconomiques du passé ?

A suivre : #2 Les cinq ruptures socio-économiques à maîtriser