Accédez à l’ensemble des contenus
exclusifs du Lab des Savoirs et aux
Ateliers des Experts

ADHESION CLUB

Accès membre du Club | S'identifier

Devenir partenaire agréé | Nous rejoindre

Partenaire agréé | Contact

Accès membre du Club
S'identifier

Devenir partenaire agréé
Nous rejoindre

Partenaire agréé
Contact

Oser la spiritualité dans vos organisations

Comment insérer la spiritualité dans l’entreprise? Quelle place accorder à la vie spirituelle dans la gestion d’une équipe, ou même d’une entreprise?

La spiritualité est une vie intérieure, un chemin de l’esprit qui permet d’accéder à la pleine conscience de soi-même et à une vision globale du monde, et de sa propre place en son sein. La spiritualité n’est pas une croyance en soi, elle n’est pas circonscrite à un dogme ou une pratique religieuse, mais relève d’un chemin intérieur, d’une construction personnelle et presque intime. Par conséquent, il ne s’agira pas ici de discuter du fonds des croyances et des opinions spirituelles, mais plutôt de leur utilité au sein d’une organisation sociale.

 

Si la spiritualité relève du domaine des croyances individuelles, elle peut avoir des implications très pratiques et utiles dans la gestion des organisations. Le manager doit s’engager “corps et âme” en faveur de son équipe, et porter par son inspiration le dynamisme de ses collaborateurs.

 

La spiritualité, source d'inspiration pour les dirigeants

Les premières recherches sur le thème du manager spirituel, portées en France au début des années 2010 par Catherine Voynnet-Fourboul, montrent un lien direct entre le leadership spirituel, la qualité de l’environnement de travail, la croissance de l’activité, l’engagement des collaborateurs et la productivité des équipes. Afin de se faire, l’auteur américain Kurth identifie quatre éléments décisifs dans le chemin de construction du leadership spirituel:

  • La pleine connaissance de soi-même, car il convient d’être en accord avec sa personnalité profonde pour inspirer autrui,
  • Le respect et la connaissance de la croyance des autres, car il convient de saisir les convictions qui animent son interlocuteur,
  • Être de confiance pour son entourage, afin de devenir le rocher qui soutient ses proches,
  • Prendre le temps de maintenir une activité spirituelle personnelle, car on ne peut devenir une source d’inspiration pour les autres sans être inspiré soi-même.

 

La spiritualité est protéiforme, et se cultive par conséquent par de nombreuses et diverses manières: le plus important est de s’accorder un temps dans sa semaine rien que pour soi et son bonheur intérieur. Cela peut être fait en lisant un ou des ouvrages qui nous touchent, par la méditation afin d’affiner son ancrage dans le présent, la pratique du yoga… Certains se nourrissent spirituellement en rédigeant un journal, par des promenades ou des contacts avec la nature. Le principal objectif de la spiritualité est la paix intérieure, qui ne s’acquiert qu’en cherchant en soi-même les racines profondes de son bonheur.

 

Le leader spirituel aborde les problématiques dans une position de recul et de discernement, plutôt que par une action intempestive et peu réfléchie. Le leadership spirituel repose sur une attitude d’acceptation plutôt que de contrôle vertical -et donc, illusoire- de tout évènement. Il convient de préférer l’introspection à l’expression forte d’expertise, le lâcher-prise plutôt que la retenue ou la détention. Le leader puise sa force de son éducation et de ses valeurs plutôt que de son autorité hiérarchique. Sa résilience est issue de sa capacité à pardonner, à donner de soi-même, à transmettre comme à recevoir dans un développement créatif.

La spiritualité, le chemin pour devenir un leader éclairé

Tous les managers s’interrogent tôt ou tard sur leur capacité à transmettre un souffle à leurs équipes. Cette transmission créative ne peut se faire que si l’on est soi-même profondément inspiré, et conscient de sa part de transcendance.

 

Nous connaissons tous, ou nous avons tous connu, une personne qui nous a transformé, révélé, qui nous a donné la force de progresser, qui nous a donné l’opportunité de croire en quelque chose, et par conséquent de se dévouer entièrement à une cause, un rêve, un objectif. Le leader doit tendre à devenir cette personne pour ses équipes: non pas seulement en tant que dirigeant d’un groupe entrepreneurial ou de production, mais plus largement, en tant que premier camarade d’une grande équipe, afin qu’elle devienne une grande famille. On travaille d’autant mieux lorsque l’on croit à la nécessité de son but et à la vertu de son dirigeant.

 

La transcendance que l’on inspire à son organisation la couvre de bienfaits de tout ordre. En devenant, au moins partiellement, un guide pour ses collaborateurs, on donne un sens et une épaisseur à leur engagement, dans lequel ils se donnent entièrement. Si le leader mène de façon éclairés ses camarades, ceux-ci donneront le meilleur d’eux-mêmes et en seront fiers. La créativité s’en trouvera décuplée, et la bonne entente règnera dans les équipes.

 

Le leader éclairé ne doit pas avoir peur de toucher le cœur de ses collègues, afin d’établir un lien plus profond et sincère que la simple relation de travail, qui aura des bienfaits à la fois personnels et professionnels. Une équipe transcendée aura d’autant plus de facilité à attirer les bons éléments qu’elle transmettra en dehors sa spiritualité en dehors d’elle-même. Elle aura également plus de propension à se faire sentir chez eux ses membres, anciens comme nouveaux. Le sentiment qu’on a plus à trouver dans une entreprise qu’un emploi est la meilleure manière de motiver le collaborateur qu’il vous faut de rejoindre votre entreprise, et de s’y sentir complet afin qu’il y reste.

 

La spiritualité est un outil à la disposition du manager qui, au-delà de son impact personnel, permet d’inspirer ses équipes et de leur transmettre une vibration qui rendra chacun heureux, accompli et plus efficace dans sa tâche. A l’époque du bien-être au travail et du work-life balance, le dirigeant avisé ne peut plus considérer l’entreprise comme un simple regroupement utilitaire, une réunion de personnes purement intéressées, et dont la vision ne dépasse pas les intérêts commerciaux de l’entreprise.

 

Une nouvelle vision du travail émerge, une nouvelle définition de l’entreprise aussi, plus collective, axée sur le partage de cette part de vie que nous passons ensemble. Il convient pour chacun de nous de s’emparer de ce changement de paradigme afin de transmettre à tous nos collaborateurs une vision nourrie de notre place dans la société et de notre rôle dans leur vie. A nous de nous mettre en marche afin de chacun faire passer notre force intérieure à nos entreprises collectives.